Les candidat·es

Delphine Batho

Delphine Batho est députée des Deux-Sèvres, présidente de Génération Écologie, ancienne ministre de l’écologie.

Ses premiers engagements associatifs remontent à l’adolescence lors de la campagne « Action École » de Médecins du Monde pour la solidarité avec l’Afrique.

Elle est présidente du syndicat lycéen la FIDL de 1990 à 1992, et participe à la direction du mouvement qui obtient notamment la reconnaissance des droits des lycéennes et lycéens.

Vice-présidente de SOS Racisme de 1992 à 1998, elle s’investie dans la lutte contre les discriminations et les violences racistes et antisémites, à la commission juridique pour la régularisation des sans-papiers, ainsi que dans les mobilisations de la jeunesse contre l’extrême-droite.

Elle travaille de 1999 à 2007 comme spécialiste des politiques de sécurité et de la lutte contre les violences scolaires. Elle a été auditrice à l’Institut des Hautes Études de la Sécurité Intérieure.

Membre du bureau national puis secrétaire nationale du Parti socialiste chargée de la sécurité, elle participe à l’équipe de campagne présidentielle de Ségolène Royal en 2007 et a été porte-parole du candidat François Hollande dans celle de 2012.

Élue députée de la deuxième circonscription des Deux-Sèvres en 2007, elle est réélue au premier tour en 2012.

Après avoir été ministre déléguée à la Justice auprès de Christian Taubira, elle est nommée en juin 2012 ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, dont elle est limogée brutalement en juillet 2013 pour avoir dénoncé l’austérité visant le budget de l’écologie. Elle livre le récit de son expérience dans « Insoumise » (Grasset, 2014) dans lequel elle décrit la connivence du pouvoir au sommet de l’Etat avec les lobbies.

Redevenue députée, elle fait adopter en 2016 à l’Assemblée nationale l’interdiction des néonicotinoïdes, pesticides tueurs d’abeilles, loi remise en cause par l’actuel gouvernement. La même année, elle est rapporteure de la mission d’information sur l’industrie automobile et le dieselgate.

Réélue députée contre La République en Marche en 2017, elle est membre de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale.

En 2018, elle devient présidente de Génération Écologie après avoir rompu avec le Parti socialiste.

Elle publie en 2019 « Ecologie intégrale, le manifeste » (Editions Le Rocher) et s’engage aux côtés de Dominique Bourg sur la liste Urgence Écologie lors des élections européennes, puis contribue au rassemblement des écologistes au travers de la création du Pôle écologiste.

À l’Assemblée nationale, en 2020 elle a été vice-présidente du groupe Écologie-Démocratie-Solidarité, composé à 65% de députées femmes. Elle est particulièrement engagée sur les enjeux liés à l’écologie, à la moralisation de la vie publique et à la lutte contre l’influence des lobbies.

Elle est membre de la commission spéciale sur le projet de loi Climat actuellement en débat au parlement.

Vous pouvez suivre la campagne de Delphine Batho sur son site : generationecologie.fr

Téléchargez sa profession de foi

 

Jean-Marc Governatori

Nommé 2 fois meilleur gestionnaire de France / Détenteur du Trophée de l'Emploi remis par le Ministre des PME / Ancien délégué de SOS SAHEL / Président de la Fédération Agissons (association humanitaire et écologiste) / Auteur de 14 livres dont 3 préfacés par Albert Jacquard / Conférencier sur l’Écologie, la Santé et le Vouloir d’achat / Délégué national végé de la liste de Y. Jadot aux Européennes 2019 avec score historique à la clé / Meilleur score de France en liste Europe Écologie 100% écolo aux municipales 2020 villes de + de 10 000 h (Nice, 19,5%) / Seule liste de France à être soutenue par tous les partis écologistes / Président des élus écologistes niçois / Noté 20 sur 20 par Politique Animaux (L214) / Le président national d'Anticor, Jean Christophe Picard avait démissionné de son poste pour être sur ma liste municipale.

Ma conviction : l'écologie gagnera en 2022 si elle sort des partis politiques et de l'enfermement idéologique de gauche. La place de l 'écologie est au centre, elle a à se montrer ouverte et rassembleuse de tous les bords. La question n'est pas décroissance ou croissance économique, le sujet de fond est de bâtir ensemble une activité humaine compatible avec la biosphère dans les objectifs de plein emploi, de santé totale et d'harmonies.

Les 2 clés de base sont une nouvelle éducation et la sortie du présidentialisme. Le jardin potager communautaire, l 'habitat groupé, l 'eco hameau, le composteur collectif, le système d'echange local (S.E.L), la monnaie locale complémentaire, la rénovation énergétique, l'économie circulaire, les energies renouvelables, le comité de liaisons, le respect du rapport à l 'animal, le soin du végétal, un triumvirat primo ministériel au lieu d 'un Président monarque, responsables devant l 'Assemblée nationale, le Sénat et l'Assemblée nationale de citoyens volontaires tirés au sort .... seront les supports de cette nouvelle société.

Vous pouvez suivre la campagne de Jean-Marc Governatori sur son site : ecologieaucentre2022.fr

Téléchargez sa profession de foi

 

Yannick Jadot 

  • Député européen Europe Écologie – Les Verts
  • Candidat à l’élection présidentielle de 2022
  • Candidat à la primaire de l’écologie.

Je suis né le 27 juillet 1967, dans un petit village de l’Aisne, en Picardie. J’y passe mon enfance et mon adolescence, entre l’école, la nature et le foot. Jusqu’au baccalauréat.
Bac B en poche, j’entre à l’Université Paris-Dauphine. Etudes d’économie, mouvement étudiant contre la Loi Devaquet, DEA d’économie internationale/ économie du développement.

À l’origine de mon engagement : l’Altermondialisme

La décennie 90 s’ouvre et je pars vivre et travailler en Afrique et en Asie. Deux ans au Burkina Faso pour soutenir les paysan·ne·s destabilisé·e·s par les programmes d’ajustement structurel du FMI et de la Banque mondiale. Puis deux ans au Bangladesh pour aider, à travers de larges programmes de micro- crédit, les femmes victimes de la misère et humiliées par une société patriarcale violente.

Retour en France. J’intègre Solagral, une association think tank de solidarité internationale présidée par Laurence Tubiana. Le multilatéralisme est en pleine effervescence : conférences des Nations unies sur l’environnement, le progrès social, les femmes, le développement..., mais aussi naissance de l’Organisation mondiale du Commerce. Du soutien au Mouvement des Sans Terre au premier Forum Social Mondial de Porto Alegre, en passant par le blocage de la conférence de l’OMC à Seattle, je participe à l’émergence du mouvement altermondialiste : « un autre monde est possible ! ».

Première étape chez les Verts. J’y adhère après les élections européennes de 1999 et je contribue en 2002 à la campagne de Noël Mamère sur le champ de l’altermondialisme.

Cette même année, je rejoins Greenpeace France comme directeur des campagnes.

Nucléaire - civil et militaire -, OGM, déforestation, thon rouge, baleines, porte-avions Clémenceau, pêche industrielle, toxiques, climat... les campagnes et les actions sont nombreuses qui contribuent à la prise de conscience des Françaises et des Français sur la crise écologique. Avec l’Alliance pour la Planète, rassemblement d’ONG environnementales dont je suis porte-parole, nous participons au Grenelle de l’Environnement en 2007. Espoir vite douché par Nicolas Sarkozy !

La grande aventure politique commence en 2008 avec la création d’Europe Ecologie puis d’Europe Écologie - Les Verts.

Premier succès électoral lors des élections européennes de 2009. Député européen, mes combats sont le climat (en pour !) et le libre-échange (en contre !). Tafta, Ceta, Mercosur... les Verts mènent campagne au parlement européen et avec les mouvements sociaux contre ces traités qui marchandisent chaque parcelle de nature et d’intimité, organisent la guerre de tous contre tous, la mondialisation du dérèglement climatique, de la malbouffe, de la souffrance animale, de la disparition des paysans et des services publics.

Je mène aussi la campagne contre la pêche en eaux profondes et la pêche électrique. Dernier dossier en cours : l’ajustement carbone aux frontières, ou comment renforcer notre ambition sur le climat, contrer le dumping climatique et favoriser la réindustrialisation sur nos territoires.

En 2016, je suis désigné candidat d’EELV pour l’élection présidentielle. Après négociation d’un contrat de gouvernement, EELV décide de rallier la candidature de Benoit Hamon.

En 2019, la liste que je mène pour les élections européennes réunit pour la première fois plus de trois millions d’électrices et d’électeurs.

2021, je suis candidat à l’élection présidentielle. Fidèle depuis 2009 à ma famille politique, fidèle depuis toujours à l’écologie, je participerai avec enthousiasme et loyauté à la primaire de l’écologie.

Je suis prêt. Ma conviction est profonde : nous pouvons gagner et mettre l’écologie au cœur du pouvoir en France. Ma détermination est sans faille : c’est un bulletin vert qui rassemblera les Françaises et les Français pour porter une grande alternance écologique, sociale et démocratique !

Vous pouvez suivre la campagne de Yannick Jadot sur son site : 2022Lecologie.fr

Téléchargez sa profession de foi

 

Eric Piolle

Candidat à la primaire des écologistes pour porter le projet écologiste aux élections présidentielles de 2022, Eric Piolle se démarque par son expérience de l’action publique, ses engagements concrets au service de la justice sociale et écologique et sa capacité à fédérer.

Après un parcours de près de 20 ans comme cadre dirigeant dans l’industrie, Eric Piolle, marié et père de quatre enfants, s’est engagé en 2010 dans la vie publique aux côtés des écologistes en devenant conseiller régional écologiste et coprésident du groupe des 37 élus.

Élu maire de Grenoble en 2014, il a été réélu en 2020 à la tête d’un large rassemblement des écologistes, de la gauche et de la société civile. Son action pour le climat et la justice sociale en tant que premier maire écologiste d’une grande ville de France a été reconnue par l’Union européenne, qui a élu Grenoble Capitale Verte de l’Europe pour l’année 2022. Ecole, déplacements, logement, alimentation, transition énergétique, culture, prévention contre les violences sexuelles et sexistes, lutte contre la pollution : autant de sujets clefs qui ont progressé grâce à une politique radicale et pragmatique, soucieuse d’impliquer citoyen-ne-s et acteurs locaux dans l’élaboration des solutions.

Depuis le début de son engagement, il plaide pour le rassemblement d’un vaste arc humaniste, alliant les forces vives du progrès social et environnemental -associations, syndicats, mouvements de gauche et écologistes- à toutes les échelles et à chaque échéance électorale.

En 2019 il publie « Grandir Ensemble, les villes réveillent l’espoir ». Il y détaille l’origine de son engagement public, partage son expérience de Maire et livre ses batailles pour faire vivre la justice sociale et climatique face à l’inertie de l’Etat.

En 2020, il lance Une certaine idée de demain, un collectif qui se mobilise pour imaginer et préparer avec lui l’alternance écologique en 2022.

En juin 2021, il publie « De l’Espoir ! Pour une République écologique » (éditions les Liens qui Libèrent), ouvrage dans lequel il livre sa vision de l’écologie politique et du chemin à accomplir pour regagner l’espoir dans notre avenir.

Vous pouvez suivre la campagne d'Eric Piolle sur son site : unecertaineideededemain.fr

Téléchargez sa profession de foi


S
andrine Rousseau

En 2009, dès sa création, Sandrine Rousseau rejoint Europe Ecologie Les Verts (EELV). Entre 2010 et 2015, elle est vice-présidente dans la région Nord-Pas- de-Calais. Après en avoir été la porte- parole d’EELV, elle devient numéro 2 du parti.

En mai 2016, Sandrine Rousseau dénonce un dirigeant politique d’EELV, alors vice-président de l’Assemblée nationale, l’accusant d’agression sexuelle aux côtés d’autres femmes. Il est contraint de démissionner. « L’Affaire Baupin » est depuis considérée comme le premier moment MeToo en France.

En septembre 2017, Sandrine Rousseau met en pause sa carrière politique, décidant de se consacrer à son combat pour les droits des femmes. Avant même l’avènement du mouvement #MeToo, elle devient une figure de la lutte contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité femmes- hommes. Elle crée l’association « En Parler », qui repose sur la solidarité entre victimes de violence.

Menant de front ses engagements féministes et universitaires, Sandrine Rousseau poursuit son combat en faveur de l’écologie en attaquant l’Etat pour son inaction contre la pollution de l’air à Lille, ou au sein de l’université en contribuant à la création de chantiers « nature » pour restaurer les écosystèmes des campus.

En octobre 2020, après trois ans de lutte contre les violences sexuelles, Sandrine Rousseau décide de revenir en politique. Elle annonce sa candidature à la primaire du Pôle écologiste en vue de l’élection présidentielle de 2022.

Vous pouvez suivre la campagne de Sandrine Rousseau sur son site : sandrinerousseau.fr

Télécharger sa profession de foi

La vidéo de présentation ne nous a pas été transmise par l’équipe de la candidate.